Tour César ou Tour de César ou Tour de l'Aigle. Chatillon sur Indre.

Publié le 9 Février 2012

 

 

Châtillon la Tour César

Photo de David Dewitte ©

 

Le nom Tour César ou Tour de César ou Tour de L'aigle vient du nom de César de Vendôme ,grand Amiral de France.

(Rien à voir avec le César romain qui fit la conquête de la Gaule)

…………………../……………………

Châtillon devient le siège d'une élection par démembrement de celle de Loches, en septembre 1581, et comprenant treize paroisses. Pour permettre la construction d'un auditoire, tribunal de justice, et d'une prison, des lettres patentes du 27 septembre 1594 prévoient la levée d'un impôt de 1000 livres dans l'élection.

 

Florent Guyot vendit ses droits sur Châtillon à César de Vendôme le 19 décembre 1605 pour 34 886 livres. Bien que la terre était vendue à un seigneur engagiste, le roi conservait le droit de nommer le capitaine du château. C'est ce que fait Henri IV en nommant le 31 avril 1610 le baron de Sennevières, protestant, de la charge de capitaine du château de la ville. Cette nomination a été confirmée le 22 février 1611 par Louis XIII. Les habitants vont entrer en conflit avec lui pour la construction d'une porte - la porte Nord - et l'ouverture des murailles de la ville sans autorisation du roi. Le conseil du roi examina la plainte le 22 février 1611 et ordonna d'arrêter les travaux et de remettre la muraille dans l'état qu'elle avait avant les travaux.

 

Châtillon devient le siège d'un bailliage et d'un présidial par démembrement du présidial de Tours, en 1639. Le bâtiment est construit dans le quartier Saint-Nicolas.

 

Le 19 février 1648, César de Vendôme vend la terre de Châtillon à Georges Ysoré, conseiller du roi, capitaine de cent hommes d'armes, lieutenant général du gouvernement de Touraine, marquis d'Airvault, pour la somme de 60 000 livres. L vente comprend la charge de capitaine du château. Il fit d'importants travaux dans le château. Il est encore seigneur par engagement dans un acte du 3 mars 1661……………..

 

 

Un peu d'histoire……………..

 

Le château de Chatillon joua un rôle important dans les luttes entre Henri II d' Angleterre et Philippe-Auguste. Henri II fit construire une puissante forteresse entre 1160 et 1185 (dont subsiste le donjon, de forme légèrement conique, et sa chemise). Le château fut réuni au domaine royal au début du 13e siècle. En 1272 fut construit un logis (date obtenue par dendrochronologie de la charpente). Philippe III continua les travaux qui furent terminés vers 1289. Une chapelle à deux niveaux est accolée au logis ; sa charpente fut reprise au 14e ou au 15e siècle. Contre la courtine nord s' appuie un bâtiment utilisé comme prison de 1595 jusqu' au 19e siècle ; sa charpente fut mise en place entre 1379 et 1384. Le château fut délaissé par la royauté dès le début du 16e siècle. Aux 17e et 18e siècles, la grande salle du logis abritait l' auditoire de justice. Elle fut aménagée en salle des fêtes par A. Laprade en 1933. On remarque la présence de peintures murales de la fin du 13e siècle dans les cinq salles hautes du logis (frises à décor géométrique, blasons encadrés de motifs végétaux, etc.).

 

La Tour de l'Aigle ou Tour de César

La motte et le logis furent donnés par Charles-le-Chauve à l' un de ses fidèles nommé Haimon. En 1170, le château passa dans les mains du comte d' Anjou et roi d' Angleterre Henri II et joua un rôle important dans les luttes entre ce roi et Philippe Auguste. Henri II fit construire une puissante forteresse, dans le 3e quart du 12e siècle (dans les années 1160-1185). De cette forteresse subsistent le donjon légèrement conique et sa chemise de plan polygonal, implantés sur une motte. Trois courtines clôturaient la cour du château : l' une au nord, flanquée de tours carrées, irrégulièrement espacées (dont deux encore existantes), une autre à l' est, détruite au 13e siècle, lors de la construction du logis, et la troisième au sud, détruite au début du 19e siècle. L' enceinte du baile fut ensuite complétée par plusieurs tours rondes. Réuni au domaine royal, le château fut confié à Dreux de Mello, de 1206 à 1249. En septembre 1274, il fut remis à Pierre de la Brosse, chambellan et favori de Philippe-le-Hardi. Lorsque le nouveau possesseur fut pendu à Montfaucon en 1278, Châtillon revint au roi ; d' importants travaux avaient été exécutés, dont la construction, au nord de l' ensemble, d' un logis, depuis 1272 environ (charpente de la partie nord). Philippe III continua les travaux qui furent achevés vers 1289 environ (charpente en appentis appuyée contre le pignon sud). Une chapelle palatine à deux niveaux, dédiée à Notre-Dame, est accolée au logis. En plan, elle est constituée par un rectangle terminé par un chevet à cinq pans, tourné vers le sud. Elle n' existait pas encore en 1226 ; elle est citée pour la première fois en 1280. Sa charpente fut reprise au 14e ou au 15e siècle. Contre la courtine nord s' appuie un bâtiment utilisé comme prison de 1595 au 19e siècle. Sa charpente, à chevrons portant fermes en berceau brisé, correspondant à un toit en appentis, a été mise en place entre 1379 et 1384. Délaissé par la royauté dès le début du 16e siècle, Châtillon fut alors fréquemment engagé, jusqu' à son aliénation définitive par échange en 1745. La grande salle du logis accueillait aux 17e et 18e siècles, l' auditoire de justice. La construction d' une porte fortifiée, encadrée par deux tours circulaires, fut entreprise sur l' ordre du baron de Sennevières, capitaine du château et de la ville en 1610. Elle ne fut jamais été achevée.

 

 

 

 

Les sources pour cet article sont nombreuses.Elle viennent toutes du net.

Cet article n'a pour but que de vous informer et de vous faire profiter de ma curiosité personellle sur cette tour.

Rédigé par Ville de Chatillon

Publié dans #Patrimoine

Repost 0
Commenter cet article